Rechercher quelque chose dans Mon Arbre. Le Douaire.

Translate

vendredi 28 novembre 2014

Tout savoir sur La mésange, Mésange charbonnière, Parus major, Great Tit, Mésange bleue, Cyanistes caeruleus, Mésange à longue queue, Aegithalos caudatus, Long-tailed Tit, utilité au jardin, écouter son chant.



La mésange

                                           

 Mésange charbonnière Parus major - Great Tit 

Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) 

Mésange à longue queue Aegithalos caudatus - Long-tailed Tit


  

 « Un de vos meilleurs amis du jardin  »



Les oiseaux sont les premiers aides du jardinier : ils se nourrissent de nombreux insectes parasites et de chenilles qui peuvent nuire au bon développement des fruits et des légumes.

 Pour faire face au déclin des oiseaux du jardin, installez des nichoirs : une mésange qui nourrit ses petits consomme son poids en insecte par jour.
 La création de points d’eau et d’une mangeoire favorisera également leur venue.

L’une des raisons du déclin du nombre d’espèces de passereaux de nos campagnes est l’appauvrissement de la biodiversité, notamment dans les jardins : la généralisation des haies de thuyas a très peu d’intérêt en dehors de sa fonction de la barrière visuelle. 

Préférez des espèces arbustives diversifiées.

N’aimant guère s’aventurer au sol, les mésanges plébiscitent les haies vives, où elles trouvent à la fois abri – elles y construisent volontiers leur nid – et pitance.

Installer des végétaux produisant les fruits ou les graines dont elles sont friandes, comme l’if, l’aubépine, le cormier, le pyracantha, le cornouiller sanguin, l’épine-vinette, le fusain d’Europe, le merisier, la symphorine, le sureau, le troène, ainsi que la viorne obier.




La mésange bleue (Cyanistes caeruleus) 




La mésange votre ami du jardin ,
 Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) 


La mésange bleue très commune dans nos jardins et c’est un prédateur efficace contre les insectes l'été mais aussi l'hiver.

 Elle aime les grands arbres feuillus où elle loge tout au long de l'année.


Avec les coupes des forêts, depuis 40 ans, les populations de mésanges bleues ont décliné en France. 

Mais l'espèce reste malgré tout encore très commune dans nos régions. 

La mésange bleue est reconnaissable facilement par sa large calotte, ses ailes, ses pattes, ses doigts et sa queue bleue qui lui vaut son nom.

 Le reste du corps est brun verdâtre entre les ailes et jaune uniforme sur le poitrail.

 Ce joli mélange de couleurs est commun aux mâles et aux femelles, à peine diffèrent-ils par l'intensité des coloris et des dessins chez la femelle.

La mésange bleue est présente principalement dans les régions où poussent des feuillus.

 On peut la trouver en montagne jusqu'à 1200 mètres

Elle est sédentaire dans les régions tempérées (Europe, Moyen Orient, Nord Est de l'Afrique) par contre les espèces vivant en Europe Centrale sont migrent en hiver vers plus de douceur.

Cette sédentarité chez nous en fait un allié pour le jardinier. 

En effet, elle fréquente le jardin en hiver où elle se régale des oeufs et des larves d'insectes (coléoptères, chenilles, mouches,punaises, pucerons).

 Elle chasse sa nourriture en hauteur dans les arbres. 

Malgré sa taille réduite, la mésange bleue est batailleuse. 

Gare aux intrus autour de la mangeoire ! 

Pour l'attirer au jardin, des graines en hiver seront les bienvenues ainsi que l'aménagement de petits coins qu'elle affectionne comme le lierre, les feuillus, des creux ou des trous où elle trouvera refuge quand il fait mauvais temps.

La mésange bleue se reproduit d'avril à juillet dans nos contrées.


 Elle construit son nid à l'abri des vents dominants dans un trou d'arbre creux, un trou dans un mur. 

Chaque nichée comprend de 9 à 13 oeufs.

 La femelle les couve pas plus de 15 jours. 


L'envol des jeunes intervient au terme d'une vingtaine de jours pour une émancipation au bout de 4 semaines. 

La  mésange bleue zinzinule. 

Son cri est très aigu et strident. 

Son chant est une modulation de son cri en trilles caractéristiques.

ICI un lien pour écouter le  chant de la mésange bleue :



Le saviez-vous ?


Chaque espèce se choisit un étage dans les arbres : 

En bas, la charbonnière au milieu, la nonette et en haut, la mésange bleue.

 



Mésange charbonnière Parus major - Great Tit


La Mésange charbonnière Parus major - Great Tit 




Voici la plus grande de nos Mésanges, la Mésange charbonnière.
Son nom lui vient de sa calotte et de sa large bande pectorale noires, on ne peut pas la confondre avec une autre Mésange (Le mâle arbore une bande pectorale plus large que la femelle, c’est ainsi qu’on les distingue).
C’est la plus répandue des Mésanges.
On la rencontre très souvent dans nos jardins et dans les parcs car elle évolue volontiers à proximité des habitations.
Elle y trouve nourriture et sites de nidification.
Elle est toute aussi familière que la Mésange bleue.
C’est un oiseau grégaire qui vit en joyeuse bande bruyante et dynamique de quelques individus, souvent mélangé à d’autres espèces de Mésanges notamment de Mésange bleue et de Mésange à longue queue.
La Mésange charbonnière a un vol ondulant comme toute les Mésanges (Alternance de phases battues et de phases planées). La Mésange charbonnière mesure 14cm de long pour un poids de 15 à 20 gr.
Elle vit entre 3 et 5 ans seulement en milieu naturel.

Son habitat et où la trouve t on ?

La Mésange charbonnière est moins dépendante que la Mésange bleue des vieux arbres creux pour sa nidification, on la rencontrera donc a plus grande proximité des activités humaines.
Elle affectionne les milieux semi ouverts comme les parcs et les jardins, les allées boisées.

La Mésange charbonnière est sédentaire est reste sur son territoire toute l’année. En montagne elle monte jusque 2000m à la belle saison et redescend dans les vallées en hiver.
Elle est présente sur tout le continent Eurasiatique.

Sa nourriture :


La Mésange charbonnière est insectivore à la belle saison, elle nourrit ses jeunes de chenilles presque exclusivement.
Elle recherche chenilles, insectes, larves et araignées dans l’arbre, sur le tronc et les branches et sous les feuilles ou à même le sol.

Avec l’arrivée du froid la Mésange charbonnière devient végétarienne granivore : elle recherche les graines, les fruits et les baies mûrs, les bourgeons.


Son nid.


La Mésange charbonnière niche dans toutes sortes de cavités naturelles ou artificielles disponibles (Gouttière, pot en terre cuite, poteau creux, trou d’arbre, volet roulant, vieille sacoche abandonnée…).
Et pour cette raison elle s’installe volontiers dans les nichoirs artificiels en bois mis à sa disposition dans les arbres.
Il est facile de venir en aide à ces Mésanges en disposant nichoir et mangeoire dans son jardin.
Les Mésanges charbonnières sont 2 nichées par ans, en avril/mai puis en juin.
La saison de reproduction débute par la parade nuptiale du mâle pour trouver une femelle : il hérisse ses plumes pour avoir une crête sur la tête et bombe le torse pour montrer sa bande pectorale noire.
Puis viennent l’accouplement et la ponte.

La femelle Mésange charbonnière pond entre 8 et 16 œufs blancs tachetés de pointillés marron clairs.
 Elle couve seule ses œufs tandis que le mâle lui apporte sa pitance directement au nid. Les oisillons éclosent après 14 jours d’incubation et sont nourris pendant une vingtaine de jours
 (La durée du séjour au nid dépend des ressources alimentaires et du nombre d’oisillons à nourrir) au nid puis environ 1 semaine à l’extérieur du nid.

Les jeunes prennent leur envol définitif environ 1 mois après leur éclosion.
 Un site de nidification peut être utilisé plusieurs années de suite, si bien que les nids successifs s’empilent les uns au-dessus des autres dans la cavité.


ICI un lien pour écouter le  chant de la mésange charbonnière :




La Mésange à longue queue Aegithalos caudatus - Long-tailed Tit



Mésange à longue queue Aegithalos caudatus - Long-tailed Tit



L'union fait la force chez ces minuscules boules de peluche, flanquées d'un interminable balancier pendulant dans les rameaux, criant sans cesse pour garder le contact entre elles.

 La solidarité n'est pas un vain mot pour les Mésanges à longue queue, dont la survie est conditionnée à l'appartenance au groupe lors des longues nuits hivernales: alignées sur une branche, elles dorment serrées les unes contre les autres pour limiter la déperdition de chaleur, celles situées au centre de la brochette étant les moins exposées.

 Cette méthode est si efficace que l'espèce est parvenue à coloniser la Scandinavie jusque dans son extrême nord.

Cet oiseau mesure 13 à 14,5 cm (dont 8 à 9 pour la queue) pour une envergure de 17 à 18 cm et une masse de 6 à 10 g.
C'est un minuscule oiseau avec une très longue queue et des petites ailes rondes, au ventre blanc légèrement rosé, à la tête blanche et grise avec, chez la grande majorité des individus vivant au Benelux, en France et en Suisse, une bande noire du front à la nuque passant au-dessus de l'œil.

Comment elle se comporte ?

En dehors de la période de nidification, la Mésange à longue queue vit en bandes familiales ou petits groupes d'une dizaine à une trentaine d'oiseaux, volant d'un arbre à l'autre.

Que mange t elle ?

Elle se nourrit essentiellement d'insectes, de quelques graines et de bourgeons à la mauvaise saison. Elle ne dédaigne pas les mangeoires en hiver.

La reproduction de la mésange à longue queue :

Une à deux couvées par an de 6 à 12 œufs blancs, la première entre mi-avril et mi-mai, la seconde en juin.
Contrairement aux paridés (les autres mésanges), elle ne construit pas son nid dans des cavités mais dans un endroit dégagé.
 Il est de forme ovoïde, d'une hauteur de 20 cm, et est complètement fermé avec un petit orifice latéral dans la partie supérieure.
Il est composé à l'extérieur de mousse, de fibres végétales et de morceaux d'écorce ; l'intérieur est garni de plumes et de poils.
Sa construction dure entre 15 et 20 jours. Les œufs sont couvés par la femelle 13 ou 14 jours.

Les petits restent au nid entre 15 et 20 jours après l'éclosion.

Sa protection

La Mésange à longue queue bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire.

Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu.
Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

ICI un lien pour écouter le  chant de la mésange à longue queue :



** ICI **un lien pour installer un nichoir dans votre jardin ou sur votre balcon, ou comment nettoyer vos nichoirs à oiseaux.

Installer un nichoir à mésange dans votre jardin.
mésange, Mésange charbonnière, Parus major,
 Great Tit, Mésange bleue, Cyanistes caeruleus,
Mésange à longue queue,
Aegithalos caudatus, Long-tailed Tit



Une remarque, une question ???

 N’hésitez pas dans commentaires  ci-dessous, un plaisir de vous répondre :

Echangez et vivre.

                                           

Recette facile à l'ancienne, que faire avec les baies de l'aronia : confiture de baie aronia, sauce baie aronia "chasse et fromage", sablés aux baies d'aronia.

L’aronia et ses baies

                                           


 « une confiture, une sauce chasseur, des sablés  »



Elles sont riches et bonnes, bien comme celles de l'argousier...
Si vous passez avant les oiseaux voici ce que vous pouvez en faire.




 Confiture d’Aronia (et de nectarines)

700-800 g de baies d’Aronia 
faire cuire avec peu de sucre,
passer par une passoire,
mesurer 500 ml.
Dénoyauter 700 g de nectarines
peser 500 g et réduire en purée.
600-800 g de sucre, faire cuire avec les fruits, remplir des pots de confiture chauffés et bien fermer.
Simple, rapide, délicieux.



 
Recette confiture aux baies d'aronia :
le Douaire : recette Mami.




Sauce Aronia pour accompagner la chasse ou le fromage



100 g de baies d’Aronia
100 g de sucre
1 dl d’eau
Laver les baies et les écraser, chauffer le tout prudemment 

Affiner avec:
Raifort, coriandre, poivre, moutarde, des zestes d’oranges râpés, du jus de citron ou du cognac, et éventuellement du sel.

A vos goûts…




Sablés aux baies d’Aronia

Recette avec baies aronia : sablés aux baies d'Aronia
Photo de supertoinette.com 



Recette pour 4 personnes

Pour réaliser les sablés aux baies d'aronia

210 g de farine 
4 g de sel
48 g de sucre cristallisé
7 g d'eau
16 g de vanille liquide

50 g d'oeuf (1 oeuf)
125 g de beurre
30 g de noisettes
50 g de baies d'aronia ou cassis

100 g sucre cristallisé 
100 g de sangria ou vin rouge


Préchauffer le four, thermostat 6 (180°C)


    Cuisson de 15 à 20 min environ


Tamiser
 la farine dans le bol du robot mélangeur ou pétrisseur, ajouter le sel.

Dans le bol du robot pétrisseur, tamiser le sucre glace, aidez-vous éventuellement d'un pilon, puis ajouter la vanille, l'oeuf, le beurre coupé en dés.


Réduire
 grossièrement les noisettes en poudre, les placer dans le bol du pétrisseur. Commencer à malaxer à vitesse moyenne.

Votre pâte est prête, l'envelopper dans du papier film et réfrigérer 2 h avant son utilisation. Dans une petite casserole, placer les baies d'aronia.

Dans la casserole, ajouter le sucre, l'eau, mélanger, ajouter la sangria ou le vin rouge.

Mélanger la préparation, porter à ébullition, puis mettre à feu modéré, cuire la préparation jusqu'à 104 à 105°C, une goutte coule très peu, stopper la cuisson.
Prendre la pâte sablée, la couper en deux et abaisser la première partie. Donner la forme d'une rectangle avec un emporte pièce.

Placer sur une feuille de silicone ou un papier cuisson,mouiller les rectangles avec un peu d'eau.

Abaisser le second pâton,
 faire un rectangle et un cercle au milieu avec des emporte-pièce. Enlever la partie centrale, placer sur le rectangle délicatement, dorer à l'oeuf les pièces.

Enfourner pendant 15 à 20 min environ, remplir avec la préparation aux aronias  le centre des sablés.

                 ************************************************************

Le conseil de Mamie du Douaire :

Le beurre est important (pour la saveur de votre pâte)

L'œuf joue un rôle important, il permet le mélange du beurre et sucre, il hydrate la farine pour obtenir une masse souple et compacte (il donne à la pâte tenue et gout).

Vous pouvez remplacer l'œuf, par des jaunes d' œufs ou du lait en mettant le même poids mais dans ce cas vous obtiendrez une pâte plus dure, une texture plus serrée.

Cette pâte sucrée peut se conserver 3 jours au réfrigérateur.

Et bonne dégustation…



D'autres idées à échanger, une question, un commentaire ?
N’hésitez pas ci-dessous dans commentaire :
Échanger et vivre.



Et   ICI     retrouvez tous les conseils sur l'Aronia, sa culture, son histoire, ses baies etc...



Le Douaire...